14juillet 2018
blog_shape

Les maisons des rêves ouvrent sur d’autres espaces.

Chambres inconnues, le plus souvent inoccupées, meublées de façon étrange, croulant sous livres, cahiers et journaux, tapissées de feuilles de couleurs, de timbres postes aux destinations coloniales et exotiques, envahies de chats et de rats, de souris et d’insectes . Des oiseaux y nichent, des chauves souris s’y ennuient.

Parfois au détour d’un couloir, une porte s’entrouvre.  Une chambre d’enfant, jamais vue et pourtant reconnue, révélée à la dormeuse qui s’en étonne à peine, passe avec nonchalance sa main sur le papier peint fané d’énormes pivoines violacées et livides la dévisagent  dans l’égarement du sommeil .

Une nuit, c’est une porte-fenêtre qui s’ouvre sur une petite terrasse de pierre envahie de lierre  une lumière vive s’écrase contre le sol minéral. Un passage aspire la rêveuse dans un dédale feuillu, les branches rugueuses accrochent ses mollets nus, ralentissent sa marche. Elle se fraye un chemin pourtant, et tout à coup, l’horizon se libère de ses liens végétaux. Une ligne sinueuse de gravier blanc encadrée de buis l’invite à avancer plus avant. Ses pas sont assurés, ses mains légères s’attardent sur le plat du buis, le regard curieux se porte vers l’avant grisé et nuageux rien ne perce, univers secret du rêve .

Mais à présent, le chemin de petits graviers blancs se resserre, l’étouffe, laisse place à un tortillon qui s’élève,  bordé de buis dressés et disciplinés à hauteur de visage.

La rêveuse avance toujours, à l’aveugle, et s’élève lentement dans cette haie de buis, sans espoir de retour en arrière. Elle ne peut qu’avancer, grimper, ne peut se retourner, enjamber, encore moins bifurquer.

Le chemin est le sien à présent, elle le sait. Il se fait labyrinthe, dessinant de petits carrés où elle évolue, veinés de blanc et vert foncé dont les tiges légères l’effleurent sans entraver sa marche. Une odeur de plante humide et âcre. Une lumière crue.

Se réveille le jour de Pâques, la rêveuse.

 

blog_shape
comma_first
Partagez mon texte sur vos réseaux
author
« Il était une fois » une conteuse qui naît, forte de son trajet et de ses rencontres, les poches pleines de mots, les siens et ceux des autres tout mêlés, tout emberlificotés. Juste le corps et les mots, et un costume assorti à chaque spectacle, comme un bijou.
blog_shape
comma_first
C'est une voix qui vous enchante, un sourire malicieux, un regard transperçant, une gestuelle en harmonie avec les mots ... Roberte Lamy s'inscrit dans la tradition des passeurs d'histoires. C'est une rencontre que l'on n'oublie pas. Nathalie Levassort - Section Jeunesse de la Médiathèque Jules Vernes (Ville de Puteaux)

Leave a Comment

Suivez-moi

shape
Copyright © Roberte Lamy Conteuse Tous droits réservés 2016